Thème 1 : Les outils mobiles et l’accès aux ressources documentaires.
Les bibliothèques universitaires et les services qui y sont associés se numérisent : revues électroniques et e-book, services en ligne de consultation et de réservation de ressources. Les évolutions des supports de recherche et de lecture sont majeures dans le domaine de la recherche documentaire. Etat des lieux de ces évolutions.
En quoi les outils mobiles peuvent-ils participer  à un meilleur accès aux ressources documentaires,  pédagogiques et de recherche ?

Thème 2 :  Les outils mobiles à l’interface de la formation initiale et du monde professionnel
Les formations universitaires incluent dans leur organisation des stages, en entreprise, à l’étranger. Les étudiants ont davantage d’occasion d’apprendre en dehors des murs de l’université. Les technologies mobiles permettent d’assurer le lien pédagogique pendant ces périodes en immersion professionnelle.
Les usages pédagogiques des outils mobiles peuvent-ils améliorer la formation professionnelle ? La connexion aux ressources pédagogiques et de formation sur les lieux de stage ou dans un cadre professionnel peuvent-elles améliorer tant les compétences des étudiants que l’efficience de ces périodes d’immersion professionnelle ?  

Thème 3 : Les outils et applications mobiles, des supports à l’apprentissage ?
Effet de mode ou plus-value pédagogique, les technologies mobiles offrent des possibilités d’apprentissage nouvelles. Quelles sont-elles ?  
Quels avantages l’étudiant peut-il retirer d’applications pédagogiques dédiées aux mobiles ?

Thème 4 :  Les “usages étudiants” des technologies mobiles
Les étudiants sont largement équipés d’outils mobiles, leurs usages à l’université n’est pas toujours celui que l’on imagine, à savoir la mobilité aux services de ses apprentissages.
Si le mobile-learning marque une évolution des pédagogies dans l’enseignement supérieur, qu’en est-il des usages faits par les étudiants ?
Se défaire de tout lien et de toute contrainte via l’usage pédagogique des mobiles est-ce réellement un bon service à rendre aux étudiants ?
Un enseignement sans tenir compte de ces outils est-il encore envisageable ?